© Christophe Raynaud de Lage

©Christophe Raynaud de Lage

© Christophe Raynaud de Lage

Création mars 2014

Les Subsistances, Lyon

Dans un dispositif en cercle, un jongleur nous plonge dans un voyage sensoriel à travers une matière première : la terre.

Il danse, se métamorphose, devient l'homme de boue, un miroir de notre humanité.
Jongler jusqu'au bout, avec nos échecs, nos désirs.

Jongler pour rire, jongler pour crier.

Dans un monde au bord de la chute, qu'est-ce qui nous tient encore debout?

Un spectacle fascinant, poétique et trouble.

AuteursNathan Israël et Luna Rousseau

Conception et interprétation : Nathan Israël - Lauréat du

Prix d'Encouragement SACD création jonglée

Mise en scène, dramaturgie, scénographie et voix offLuna Rousseau

Texte : Claude Louis-Combet

Création musicale : Théo Girard

Création lumières : Patrice Besombes

Remerciements à Vincent Maire

Une co-production Le jardin des délices, Les Subsistances, laboratoire international de création artistique (Lyon), Les Migrateurs, associés pour les arts du cirque (Strasbourg), Le Grand R, scène nationale de La Roche sur Yon, La Maison des Jonglages (La Courneuve), 2R2C, coopérative de rue et de cirque (Paris), Cirk’Éole (Montigny-les-Metz), Culture O Centre (Orléans).

Soutiens et résidences : Le CentQuatre (Paris), Les Subsistances - Laboratoire International de création artistique (Lyon), L’Atelier du Plateau (Paris), L’association Transversales - Théâtre de Verdun, La Brèche, centre des arts du cirque de Basse-Normandie (Cherbourg), Les Migrateurs, associés pour les arts du cirque (Strasbourg), Le Grand R, scène nationale de La Roche-sur-Yon, Festival Mirabilia (Fossano, Italie), Théâtre Europe (La Seyne-sur-Mer), La Grange Dîmière, Théâtre de Fresnes.

Avec l’aide du Ministère de la Culture et de la Communication / DGCA, du Ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Rhône-Alpes.

Durée : 50mn

"Une métamorphose, de la Terre à l'éther

Jouée en plein air, l'oeuvre à la fois physique et poétique se veut aussi un appel à la réflexion.

Créé il y a quelques mois à peine, L'homme de boue est une pièce qui se situe quelque part au confluent du cirque et de la danse contemporaine. Tout en s'appuyant sur une performance de jonglerie hallucinante.

Nathan Israël qui en est l'interprète, dit orienter son travail vers "une recherche de sens lié à la pratique du cirque". Ici il accorde son solo au texte -magnifique partition- écrit par le philosophe Claude-Louis Combet. Ce texte, dit en voix off par Luna Rousseau, évoque deux figures mythiques, celle du premier homme et du Golem. (...) Pris au coeur par la beauté du texte qui monte comme un poème céleste, confondu par la force de la prouesse physique, happé dans un halo de lumière mystérieux, le spectateur est à son tour enlevé, élevé vers un horizon supérieur."

LE POPULAIRE DU CENTRE - août 2014

DYPTIQUE ARGILE

L' Homme de Boue est un spectacle circulaire,  qui peut être joué dans le gradin de la compagnie (200 places) ou sans gradin.

C'est le premier volet d'un autre spectacle avec l'argile : Gadoue.

Le dyptique Argile est composé de Gadoue et L'Homme de Boue, deux pièces complémentaires qui jouent ensemble.

« C’est une figure, un être mythique. 

Un homme de l’ailleurs, des profondeurs de notre conscience collective.

Il n’a de cesse de se transformer, de se transfigurer.

Il est en chacun de nous, en creux ;

L’être boueux, l’animal inconciliable, l’arbre qui déploie sa sève -vers le haut-

Lorsque tout s’affaisse et se délite,

le jongleur lance l’objet -vers le haut- 

C’est une lutte :

Tenir, se tenir debout, tenter d’être au monde dans l’instant »

Luna Rousseau